Champ-Psy.be

Bouts de bouts de rencontres en thérapie et autres [imp]pertinences ...

Pleurer de tout

par Benoît Dumont

C’est au coin d’une phrase d’allure anodine que l’attendaient les deux grosses larmes qui ont soudainement roulé sur ses joues.
Il tente de résister, de se reprendre mais rien n’y fait. Les larmes l’assaillent en groupe indiscipliné bien décidées à se faire remarquer.
Un petit moment passe par là, s’interpose, il en profite pour parler un peu :

- Excusez-moi, je suis désolé …
- Vous dites ça à vos larmes ?
-  ?? non, à vous, à moi, je ne sais pas …
- Quelque part dans ce dont vous parliez, au coin d’une phrase, il y avait ces larmes en embuscade … Elles vous ont surpris … Vous êtes à ce genre de coin de phrase où il est important de ne pas presser le pas malgré la surprise. Prenez votre temps.
Un autre instant, plus conséquent arrive accompagné d’un silence plutôt costaud. Les larmes se calment. Il inspire profondément puis souffle :
- Woufffffffff ! Je ne sais pas ce qui s’est passé, cette émotion m’a submergé et je suis gêné … je ne vis tout de même pas un drame !
- Ce n’est pas l’avis de vos larmes dirait-on. Ce qui n’est pas dramatique n’en est pas moins important et cette chose importante mérite qu’on puisse s’en émouvoir non ?
- Ben, devant vous c’est gênant et vous devez vous dire que je suis bien sensible.
- Aaah mais j’espère bien que vous êtes sensible à ce qui vous arrive et vous avez sans doute des bonnes raisons de ne pas vouloir pleurer devant n’importe qui !
- On dirait qu’ici ça a été possible …
- Comment dit-on déjà ? « On peut pleurer de tout mais pas avec n’importe qui … »
- La phrase c’est : « on peut rire de tout ... » mais… je crois que ça marche aussi très bien avec « on peut pleurer de tout … »
- Je crois bien aussi. Nous retournons à ce coin de phrase, faire connaissance avec ces larmes ?

Les billets de :

Benoît Dumont